Aujourd’hui, pour ne pas passer pour un idiot auprès de ses copains, qui eux ont tous une copine, mon frère s’est inventé un amour parfait. Il m’a donc demandé de lui faire un suçon dans le cou en échange de cinquante euros. Mes parents nous ont surpris. VDM

 

 

Aujourd’hui, fière de ma nouvelle Smart et de la possibilité de la garer perpendiculairement aux autres voitures, je m’exécute pour aller acheter une galette des Rois. En revenant, j’ai constaté que les voitures m’encadrant s’étaient trop serrées. J’ai attendu 1 h 20 avant de pouvoir entrer dans ma voiture. VDM

 

 

Top 10 des pires excuses après une défaite

  1. L’arbitrage« je n’aime pas commenter les décisions arbitrales, mais c’est vrai que M. Machin est malhonnête en plus d’être incompétent. » Un classique, vivement la vidéo pour que les entraîneurs accusent la propreté de l’objectif des caméras et le soleil rasant qui cache le fait qu’il n’y a jamais pénalty là-dessus, c’est évident.
  2. La Muraille de Chine : l’excuse de Laurent Blanc quand il se faisait surprendre par des formations comme Nancy à l’époque bordelaise. Qu’est-ce que c’est que ces équipes qui viennent avec une solide défense ? Et en plus elles plantent un but sur un contre ? Non… c’est pas fair-play. C’est trop facile de gagner quand on défend bien.
  3. Les « faits de jeu » : « ce soir, on perd sur un fait de jeu »… On ne sait pas vraiment ce que c’est, on sait juste que c’est visiblement un détail qui joue en ta défaveur. Mais un fait de jeu comme un assassinat dans la surface anéantissant une action de but, on va dire que c’est pas volé. Ou alors, un « fait de jeu », c’est aussi quand le ballon franchit la ligne, dans ce cas, admettons.
  4. La malchance : « le manque de réussite » en terme technique. C’est terrible le manque de réussite : des passes qui n’arrivent pas, l’impossibilité de cadrer une seule frappe, ou un gardien adverse systématiquement sur la trajectoire… le manque de réussite, c’est souvent très proche du « manque de talent ». Exemple : « c’est pas une réussite la saison d’Arles Avignon! »
  5. Un scénario peu favorable : « c’est sûr, on prend un but tout de suite… derrière ils en mettent un autre… alors forcément on se découvre… et après ça devient difficile ». On prend 4 à 0, mais y’avait la place d’accrocher un bon vieux nul.
  6. Une adversité redoutable : quand Jean-Michel Aulas prend une valise à Auxerre, son groupe, ses choix, ses certitudes ne sont pas ébranlées. Et si on le croit, même Barcelone aurait été réduit à l’état de gravillons ce soir-là par les camarades deJean Pascal Mignot. L’adversité ce sont un peu les dieux qui sont contre toi, tu ne peux pas lutter. Personne. Et surtout pas ton équipe de peintres.
  7. La pelouse : et une pelouse synthétique, on n’en parle même pas. Certes les deux équipes ont les mêmes conditions, mais une mauvaise pelouse favorise l’équipe la plus faible. Qui devient du coup la meilleure… Donc en fait, on a perdu parce qu’on est trop fort pour cette pelouse.
  8. La fatigue : 24 heures de récupération sur une semaine, ça peut être crucial. En Coupe du Monde on joue tous les trois jours, mais enchaîner un tour de Coupe contre Colmar avec la réception de Brest, c’est surhumain. On devrait payer davantage les footballeurs qui doivent jouer en semaine comme de vulgaires salariés. Ou les laisser sedoper.
  9. L’équipe à abattre : quand on est une « grosse écurie » auto-proclamée, il est facile de prêter à son adversaire une motivation particulière. Mais quand le PSG luttait en bas de classement il n’y a pas si longtemps, ce n’était pas parce qu’il était motivant de « taper Paris », mais juste parce que le PSG était nul.
  10. Le complot : réservé aux très grands : Tout le monde s’accorde à dire que Barcelone est l’une des plus grandes équipes de tous les temps, pas Mourinho, qui va éplucher les CV des arbitres et des dirigeants de la Fédé espagnole pour mettre en lumière un complot ourdi contre sa personne. Tout ça, c’est l’Unicef et les activistes catalans qui ont fomenté cette machination diabolique.

 

 

 

Top 10 des astuces pour échapper à (feu) Columbo

  1. Ne pas commettre le crime soi-même : c’est comme le bricolage c’est peut être moins cher mais souvent moins bien fait.
  2. Eviter d’en faire des tonnes en faisant en montrant votre peine : éviter de copier les séries TV françaises….
  3. Si Columbo vous demande une explication sur « un petit truc de rien de tout qu’il n’arrive pas à comprendre », ne cherchez pas forcément à lui fournir une explication « mais c’est tout à fait simple cher lieutenant »: mais précisez que c’est lui l’enquêteur pas vous…
  4. Si vous pouviez faire semblant d’être un passionné de vieilles Peugeot, ça pourrait jouer en votre faveur: la 405 d’occase ça doit être abordable….
  5. Faîtes en sorte que votre mobile ne saute pas aux yeux tout de suite: si vous êtes sans le sou, mais marié à une riche héritière depuis quelques semaines, il est clair que même Julie Lescaut vous soupçonnerait. Gardez la vieille encore quelques temps et buter queslqu’un d’autre.
  6. Eviter de prendre Columbo de haut sous pretexte qu’il est mal peigné, mal habillé et roule dans une vieille voiture: si ça se trouve, il planque tout son pognon au Mexique avant de s’y barrer en laissant sa femme une fois la retraite venue. On y pense tous…
  7. Ne pas choisir une arme du crime qui vous incrimine : ne soyez pas assez con pour tuer votre femme avec un revolver de serie limitée ou avec du poison si vous êtes pharmacien… Soyez inventif.
  8. En cas de pépin, ne pas répondre sans avocat: c’est marrant dans Columbo, les suspects font tojours les malins et ne les appellent jamais. Soyez un tueur classique, vous aurez le temps de faire le malin si ça tourne mal.
  9. Si vous n’avez pas d’alibi pour le soir du meurtre (vous êtes quand même très très con!), dites que vous avez passé votre soirée aux chiottes pour cause de diarrhée: j’avais aussi pensé à « réserver des billets de train sur internet » mais votre ordinateur a un historique, contrairement à vos chiottes. De plus, il est rare qu’on vous demande si vous avez un témoin.
  10. Ne pas sympathiser avec lui : je vous rappelle que vous êtes triste et que vous en voulez à la Terre entière. Inutile donc de lui filer votre adresse Facebook pour qu’il tombe sur une photo de vous avec votre maîtresse une bouteille de champ’ à la main…

 

 

 

 

 

 

 

Faites tourner !