L’outro, qui s’équilibre avec Liner Notes. Produit par DJ Premier, c’était un vieux beat de lui que j’ai trouvé et dans lequel j’étais vraiment intéressé.

C’était une chance pour moi de dire : ‘’hey, tous ces Wells Run Dry et I Don’t Need Love ont pu vous faire oublier que je suis un mauvais enculé et j’aime ce que je fais’’.

Et je termine avec les mots : ‘’le meilleur’’. Ca ne veut pas dire que je suis le meilleur dans le rap game, mais je suis le meilleur que je puisse être. Voici la lumière à la fin du tunnel. J’ai traversé toute cette perde et je fais toujours de la bonne musique.

Je suis fier de moi, je suis fier de ce que j’ai accomplis, et je vais vous montrer comment traverser toute cette merde.

J’ai commence l’album avec The Liner Notes, je le finis avec The Epilogue, c’est un début et une fin, j’aime les albums avec un point de destination. Le fait de bosser avec DJ Premier, je ne voulais pas penser à ce que je faisais pendant que je le faisais, je voulais que ce soit naturel, je voulais être la même personne sur cet album, dans les interviews et aux concerts. C’est une conversation, ce n’est pas quelque chose chose que je dois dire différemment en live, je reviens au flow lent pour terminer l’album. Et la dernière ligne qui est tellement importante pour moi vient de ma grand-mère. J’ai traversé beaucoup de moments où j’étais humble, où j’ai posé le stylo et ai essayé d’être un meilleur rappeur et d’autres trucs, mais je me suis dis que ce moment était un moment où je pouvais dire fuck you et être arrogant, et si tu ne t’aimes pas tout même qui t’aimeras ? A partir de moment je vais faire de chaque jour un grand jour, personne ne le fera pour toi, c’est quelque chose que tu dois faire pour toi-même.  

 Prod: DJ Premier.

The End.

Faites tourner !