evracesar

Top 11 des expressions ratées par des footeux, ceux qui étaient meilleurs en sport qu’en redac (Topito)

9 Juil , 2016  

Parce quand on tend un micro à un mec en short après l’effort ou en conférence de presse, il arrive que les langues fourchent et dans l’absolu c’est bien normal. Mais de temps en temps, ça donne du très (très) lourd. Encore merci les gars pour ces expressions presque bonnes. Presque hein. Mais 100% originales.

  1. “Il faut qu’on tire tous dans le même bateau”
    Patrice Evra, encore à la recherche de la taupe de la coupe du monde 2010.
    Ce qu’il a sûrement voulu dire: franchement on ne sait pas.
  2. On a tendu une fois la gifle, on va pas attendre la deuxième
    Antoine Kombouaré, casque d’or bouche d’argent.
    Ce qu’il a voulu dire: qu’on a pas la bible depuis longtemps et qu’on veut bien être gentil, mais pas con.
  3. « Ca vous donne du pain à moudre ! »
    Laurent Blanc, ne sachant plus comment nourrir la presse avec des nouvelles infos.
    Pourquoi il a dit ça: parce que plus personne ne mange de grain, alors que la consommation de pain est en hausse constante.
  4. « Cette fois, les carottes sont mortes »
    Yoann Lachor, tueur à gages.
    Ce qu’il a voulu dire: que cuire une carotte, c’est déjà moyen. Mais là tuer, c’est pire.
  5. « La roue tourne va vite tourner »
    Franck Ribery, poète moderne.
    Le message qu’il a voulu faire passer: “Notre destinée n’est pas un phénomène présent à nos regards ; elle embrasse un passé qui nous est invisible, un avenir qui l’est également.”
  6. « Il faut rendre César à César »
    Patrice Evra, un mec couillu qui parle de lui à la troisième personne. Donc logique.
    Ce qu’il a voulu dire: que c’est à César qu’il faut filer le ballon d’or.
  7. « Ca sert à rien de mettre la charrue avant les pneus”
    Nicolas Fauvergue, footballeur qui voulait en fait être pilote.
    Ce qu’il a sûrement voulu dire: qu’il est loin de le temps des roues en bois sur les charrues et qu’il faut vivre avec son temps bordel.
  8. “On va relever la pente”
    Andre Ayew, homme de défi.
    Ce qu’il a voulu dire: qu’avant le début des travaux il va sérieusement falloir penser à égaliser le terrain avant de faire les fondations.
  9. “J’ai peur que ça se termine en queue de boudin tout ça”
    Emmanuel Petit, footballeur qui n’aime pas le poisson.
    Ce qu’il a voulu dire: que la peur n’évite pas le danger. Et que le boudin, à part des pommes, c’est franchement pas terrible.
  10. « Il ne faut pas brûler la peau de l’ours avant de l’avoir vendue !”
    Abdeslam Ouaddou, footballeur prévoyant.
    Le message révolutionnaire qu’il a envoyé au monde: d’abord vendez, ensuite brulez. « La propriété, c’est le vol » disait Proudhon. Tout pareil pour Ouaddou.
  11. “C’est là où le mal blesse”
    Luis Fernandez, joueur-entraîneur-y’adelaqualité.
    Ce qu’il a voulu dire: franchement, on hésite.

C’est beau un sport qui parle. Vivement les prochaines conférences de presse non ?

 

Source: TOPITO