One Be Lo – S.O.N.O.G.R.A.M. (review – 85%) – 2005

8 Fév , 2016  

OneBeLo-Sonogram

Si on met de coté les légendes du rap game de l’époque, S.O.N.O.G.R.A.M. (Sounds Of Nahshid Originate Good Rhymes And Music) est un des premiers albums undergound qui m’a plu. Sa musicalité et son ambiance sombre années 90 fait que j’y ai accroché dès le début. Il n’y a aucun déchets et la majorité des chansons sont des tueries qui s’enchaînent l’une après l’autre, du grand art ! On rajoute à tout ca un flow très mélodieux et ca nous donne ce classique acclamé par la critique.

Coté thèmes c’est assez diversifié même si ca rejoint la rue, la politique, la pauvreté… Il y a aussi de l’égotrip où il met en avant ses qualités d’emcee.

A l’époque mon gros coup de coeur était The Ghetto: le coté froid et glacial de la rue qu’on perçoit dans l’instru mélancolique, mélangé au texte qui donne une description très détaillée du ghetto en a directement fait une référence de l’underground de l’époque.

Let me take you to a place where the sun don’t shine
Killers don’t talk, little kids don’t mind
Men don’t work, don’t take care of babies
You bought my album but bootleggers don’t pay me
City runnin wild, cats don’t give a fuck
Junior High students don’t say no to drugs
Liquor stores don’t ask shorties for their ID
This is a place where don’t nothin surprise me

Laisse moi t’emmener à un endroit où le soleil ne brille pas
Les tueurs ne parlent pas, les gosses s’en foutent
Les mecs ne travaillent pas, ne prennent pas soin des bébés
T’as acheté mon album mais les pirates ne me payent pas
La ville part en vrille, les gars s’en foutent
Les étudiants ne disent pas non aux drogues
Les vendeurs d’alcools ne demandent pas aux jeunes leur carte d’identité
C’est un endroit où rien ne me surprends

 

Dans les deux couplets il parle précisément de toutes les victimes du ghetto: les gars tués à cause de trafic de drogues ou de rivalités de gangs, les meufs pratiquement forcée à se prostituer pour survivre et biensur les enfants qui se retrouvent au milieu de tout ca.

 

You gotta feel sorry for the children
How they gon’ do they homework when they homes don’t work?
They can’t read books cause the lights don’t work (nope)
They can’t take a bath cause the water don’t work (nope)
The stove in the kitchen, plus the heat don’t work (nope)
It’s cold at night, they mommas can’t afford jackets

Tu dois te sentir triste pour les enfants
Comment vont-il faire leurs devoirs si leur maison ne fonctionne pas
Ils ne peuvent pas lire de livres parce que la lumière ne marche pas
Ils ne peuvent pas prendre un bain parce que l’eau ne marche pas
Le four dans la cuisine, plus la chaleur de marche pas
Il fait froid la nuit, leur maman ne peuvent pas leur offrir des vestes

 

 

Les autres thèmes intéressants:

Oggie: Il raconte qu’un de ses potes est mort.

Used 2 Be Fly: Deux histoires différentes dans lesquelles il parle de deux personnes qui étaient bien avant mais qui se sont ramassées, d’où le refrain. De ce que j’ai compris, la première histoire c’est un autre rappeur qui a débuté sa carrière en même temps que lui et qui a changé de style lorsqu’il a commencé à gagner de l’argent. La deuxième c’est une meuf qui a quitté son mec parce qu’il la battait, qui est sortie avec One Be Lo et qui la jeté après pour retourner avec l’autre gars et qui a réésayé à nouveau avec One Be Lo quand il a commencé à la frapper à nouveau, mais cette fois One Be Lo l’a envoyé chier.

Can’t Get Enough: Ca parle de ce que les gens sont prêt à faire pour du fric (faire la pute, mannequin, se couper un doigt, fraude à l’assurance etc) et qu’on en a jamais assez. Le troisième couplet décrit un hold up. Le quatrième parle des labels qui signent des rappeurs de merde pour avoir plus de fric.

Evil Of Self: Ce qui a du bon de faire des reviews d’albums qu’on surkiff, c’est qu’on peut tomber sur des chansons dont on était totalement passé à coté. Il y a tellement de bons sons sur cet album que je m’attardais surtout sur mes préférés en oubliant les autres, dont Evil Of Self, qui est une chanson extraordinaire, surtout pour le couplet d’One Be Lo qui en fait un des meilleurs couplets de 2005. Je sais pas trop comment expliquer ce couplet mais en gros il va personnifier certains péchés capitaux, des sentiments, états d’esprits et va les inclure dans une histoire où le personnage principal est « Soi même » qui prend le chemin du gangsterisme, c’est remarquablement bien foutu. Ce qui est dommage c’est que Abdus Salaam qui est en guest ne prend pas la même approche, même si son couplet est aussi très bon.

This story takes place in a place called Self
Take in Mind, everyBody, no other than Soul Brother
Was living in a-whole-nother State, all help
He received, he believed, was the way God dealt
With his life, but some would consider it trife
The ignorant type, caught up in all the biblical hype
He wasn’t feeling it right
Time told, he would let the blind old man in the mirror give him advice
Sincere, he kept his friends near with Devotion
They hang in a neighbourhood gang called Emotion
Who wasn’t usually good for this community but
He knew of The Danger, he grew up with Anger
He wasn’t worried, thought they was the best for him
If he wanted anything, Lust was there for him
Sex, Money, Power, Love would let him care for them
Hatred was the strongest, he protected them
From a Truth, he considered Evil, hear no, see no
His profile don’t smile, you know how E-go [he go]
Conscience told Soul how to go legit
He said « You know Doubt? He told me don’t believe that shit »
That’s when he, hooked up with Jealousy and Envy
Scoping out this Benzy, rolling spokes, about twenty
Pulled out the driver, who now wanted to fight him
Fear told him « You the man. Pull the heat out and fire »
This is how he living, how he feeling hardcore
What he do that for? Mr. Greed said « More? »
Remind me of a cat named Influence
Been proven to make men do it, just like a sin student
Now Conscience had a question « Who’s your biggest enemy? »
He didn’t know Shame, so he blamed it on Hennessey
Reality wrote him a cheque [Check] and let him have it
But they jumped in the ride, Pride wouldn’t let him cash it
He crashed it

 

The Future: Trois couplets: dans le premier il parle de son passé, dans le deuxième de son présent, et dans le troisième il s’imagine dans le future avec un enfant.

E.T.: Il raconte une relation avec une meuf en faisant des références à tout ce qui est espace, extra-terrestre, d’où le titre de la zik.

 

Un excellent album donc, très complet, différents sujets, et une manière de les aborder différente à chaque fois.

 

Classiques:

The Ghetto (86,71)

Sleepwalking (86,24)

enecS eht no kcaB (85,66)

 

Hits:

Evil Of Self (84,58)

Decepticons (83,71)

Oggie (83,54)

The Future (83,41)

The Underground (82,91)

Follow My Lead (82,46)

Axis (82,28)

True Love (82,10)

Intro (81,19)

Propaganda (81,07)

 

A écouter:

E.T. (79,88)

Can’t Get Enough (79,84)

Rocketship (78,46)

Unparalleled (75,02)

 

Meilleurs textes: Evil Of Self

Meilleures chansons lyricales: Evil Of Self

Meilleurs thèmes: Evil Of Self

Meilleures instrus: enecS eht no kcaB + The Ghetto

Meilleur couplet: Evil Of Self (1)

 

Les mots les plus utilisés:

OneBeLo-SONOGRAMwords

Détail des notes:

OneBeLo-Sonogramnotes

Système de notation d’albums

—————————————


Rejoins nous sur Facebook !


Sondage

Kendrick Lamar - DAMN.

View Results

Loading ... Loading ...