Let’s have fun! #46

16 Oct , 2011  

Aujourd’hui, en regardant les messages sur le portable de mon copain, je découvre 17 SMS de rupture enregistrés dans les brouillons depuis quelques jours et qui me sont adressés. Je sens que c’est proche. VDM

Aujourd’hui, mon jumeau est venu me dire bonjour au bureau. Nous avons eu une petite dispute et, pour se venger, il s’est masturbé devant une caméra de surveillance. Je vous laisse imaginer ma nouvelle réputation. VDM

 

Top 10 des trucs qui servent à rien mais qui épatent la galerie, pour nous les hommes

  1. Toucher son nez avec sa langue : t’as l’air con, mais ça peut faire rêver…
  2. Faire des ricochets. Que dis-je maîtrise la science du ricochet : et plus de 5 s’il vous plait.
  3. Faire tourner des stylos avec les doigts : peut faire partir en dépression un nombre incalculable de profs. Marche aussi avec ses collègues. C’est ça le Penspinning (si, si , ça a un nom)
  4. Réciter l’alphabet en rotant: c’est pas glamour, mais ça marche.
  5. Imiter Homer Simpson : attention, très peu de gens sont pourvus de ce don. Totalement inutile bien entendu.
  6. Savoir tortiller son nez comme dans « ma sorcière bien aimée »: un classique du genre. Qui ne provoque rien d’autre qu’un grand sentiment de solitude quand on essaie devant un miroir.
  7. Faire des ronds de fumée avec sa clope: dehors en plus, avec le vent. Cette loi anti-tabac nous a fait beaucoup de mal à nous les FRF (Faiseurs de Rond de Fumée).
  8. Réussir à se lécher le coude: attendez d’être seul avant d’essayer, on a l’air con.
  9. Réussi à écrire Kouign Amann sans se gourer: pas évident à placer en plus.
  10. Réussir à choper une nana avec un de ces dons: Encore jamais réussi à l’heure où je vous écris.

Top 10 des points indispensables à maitriser pour être un homme, un vrai

  1. La poignée de main « brise-phalanges »: Pour être un mâle, il faut savoir faire mal. Et plus mal que celui qu’on a en face, évidemment. Ou comment la poignée de main a remplacé le coup de massue pour montrer qui est le boss.
  2. La Nature. Avec un grand N.: Brute, sauvage et inhospitalière. Cela commence tout jeune, à lire « Copains des Bois », puis on doit vite apprendre à faire du feu, à chasser, à construire une hutte,…ou du moins le faire croire, juste au cas où on serait lâché sur une ile déserte. Si si ça arrive, je l’ai vu à la télé.
  3. La mécanique: pour secourir les demoiselles en détresse et passer des après midi à démonter un carburateur. Pour le remonter. Et gagner au moins 4km/h vent dans le dos dans l’opération. A noter que dans la nouvelle génération, ce point a tendance à être remplacé par l’informatique. Je ne vois pas comment on peut épater quelqu’un en bricolant son disque dur, mais je dois être trop vieux.
  4. Les bagnoles et les bécanes: A ne pas confondre avec le point précédent, puisqu’il ne s’agit pas ici de savoir comment elles fonctionnent, mais de connaitre le dernier modèle de chez BMW/Yamaha-mais-si-tu-sais-celui-avec-le-nouveau-4 cylindres… Et ce même si vous roulez en R5 même pas GTI.
  5. L’ouverture de canette de bière: Au moins avec un coup sec de poignet, avec un briquet pour les artistes et même avec les dents pour les vrais durs à cuire. Dans la haute société, il faut remplacer la canette pour un magnum de champagne et les dents par un sabre, mais l’effet est le même.
  6. Le foot : Bien sur il y a d’autres sports, mais tout homme digne de ce nom se doit de connaitre tout l’histoire du 2ème avant centre du club de Châteauroux, grâce à qui ils ont réussi à se qualifier aux penalties pour les 64ème de finale de la Coupe de la Région Centre. Oui, c’est indispensable et ça en jette lorsque l’on combine l’anecdote avec l’activité décrite en 5.
  7. Le vin: Pas le gros rouge qui tache, mais les différents cépages, savoir quelle année il faut prendre pour déguster avec du chevreuil. Et, autre point indispensable, réussir à ne pas avoir l’air idiot lorsque l’on vous fait l’honneur de gouter en premier à table. Si vous approuvez alors que le vin est dégueu, vous risquez de passer pour un guignol.
  8. Le barbecue: Ou la seule occasion pour les gros machos de faire un semblant de cuisine. Regarde chérie, je t’aide !
  9. Le nœud de cravate: Et encore plus fort, le nœud papillon. Oui, je sais, cela se perd, mais c’est tout de même plus classe de le faire négligemment en buvant un verre de scotch 15 ans d’âge plutôt que de courir partout pour trouver quelqu’un pour vous aider.
  10. Le rasage parfait: Avoir des petites cicatrices à 16 ans, on peut vous le pardonner, mais à 30, cela devient une faute de gout.


Rejoins nous sur Facebook !