Let’s have fun! #32

3 Oct , 2011  

 

Aujourd’hui, cela fait une semaine que je dois marcher avec les jambes écartées après mon opération des testicules. Mon oncle, pour me consoler, m’a offert un lasso, des bottes de cow-boy et un pistolet à eau tout en criant « YEEHA !! » VDM

 

 

 

 

Top 10 des prénoms connotés qu’on hésite à donner à son gosse

  1. Adolf: dis comme ça, c’était pas si atroce, mais honnêtement ça va être compliqué. Si vous ne changez pas d’avis, tant pis, mais surtout laissez le se mettre à la peinture.
  2. Benito: essayez plutot Giovanni. Ou Enzo pour faire tendance?. Et évitez les chemises sombres
  3. Judas: la confiance, ça se mérite 🙂
  4. Saddam: ou alors si et seulement si l’enfant né avec une moustache.
  5. Augusto: si votre enfant garde jalousement ses médailles de judo et torture son hamster, c’est trop tard. Un prénom, ça a une histoire.
  6. Mao: c’est joli, c’est court, on dirait Léo et pourtant…
  7. Oussama: ca risque d’être un peu long à chaque fois à la douane. Et puis jouer à se cacher tout le temps, c’est pénible.
  8. Jean-marie: la nouvelle génération aura oublié peut -être, mais la nôtre un peu moins. Facilitez lui la vie.
  9. Georges W: évitez lui juste d’avoir 16 ans en 6ième, à un moment, ça va se voir.
  10. Carlos: il y a eu le terroriste célèbre, mais beaucoup ont oublié. Par contre le chanteur difforme du bide aux chemises à fleurs, ça reste. Vous ne voudriez pas que quelqu’un chante « big bisous » dès qu’il voit votre petit non ?

Top 10 des choses à dire pour parler d’un film qu’on n’a pas vu

  1. Ouais, bof, j’ai pas aimé la fin: ah tu l’as pas vu. Non ben je te raconte pas lors
  2. Humm… c’est pas le film du siècle: parfait, ça ne veut rien dire, et c’est assez vaste pour que tout le monde soit d’accord
  3. Le conservatisme imagier de ce film détermine aussi la partition métamorphique de l’ensemble des acteurs, c’est le parti pris typique de copiste d’une norme hollywoodienne: être abonné aux Cahiers Du cinema, fallait bien que ça vous serve un jour
  4. Ah non, attends je t’arrête, j’ai franchement préféré son précedent film, vachement plus fort: ah merde, comment ça s’appelle déjà… Oh, je l’ai sur le bout de la langue
  5. Les critiques sont partagées et chui d’accord: c’est mon avis hein
  6. Ouais, un Chabrol, t’en as vu un, tu les a tous vu: marche avec tous les réalisateurs
  7. On voit quasiment tout dans la bande annonce, je crois qu’il n’y a rien de plus à ajouter: bien joué
  8. Mouais, quand même le bouquin est carrèment plus fort: franchement lis le, tu comprendras ce que je veux dire
  9. La version américaine est cent fois meilleure: ajoutez « et y’a pas photo »
  10. Oh vous savez que Nicolas a quitté Stephanie quand il a su qu’elle était homo ?: changez de conversation en balançant une vraie bombe. Belle approche

Top 10 des moments de solitude de l’adolescence, pour nous les hommes

  1. L’érection intempestive: elle vous prend par surprise, n’importe où, sans raison, et surtout tout le temps. A la simple vision d’une fleur, d’une fourchette, où à l’arrivée à la bibliothèque. Prévoir des pantalons amples pour eviter l’effet « poutre apparente »
  2. La voix qui change et bafoue une virilité en devenir: une fâcheuse tendance à monter dans les aigues alors qu’on se voudrait caverneux, chabalesque, sinatresque.
  3. La petite moustache naissante: mi-duvet, mi moquette murale. Elle est là sans l’être, on n’ose pas encore raser et on ressemble donc à Bernardo, le copain de sourd Zorro. Mais lui vivait au Mexique où l’effet est plus tendance
  4. L’incapacité physique à regarder une jeune fille dans les yeux, mais plutôt dans les seins: certes ce qu’elle dit semble intéressant et vous aimeriez la regarder dans les yeux. Mais il ya ce fameux T-shirt trop serré. Surement dû à un rembourrage artificiel. Oui, les filles aussi ont leurs problèmes.
  5. La douche en commun dans le vestiaire: avant ça n’avait pas d’importance. Maintenant un peu plus. La peur de se rendre compte que le double décimètre n’est pas le même pour tout le monde.
  6. L’explosion (quasi nucléraire) d’acné: surtout le moment où vous vous rendez compte, c’est à dire seulement en fin de journée, que vous avez un gros bouton blanc prêt à éclore si joliment, juste à côté de la bouche.
  7. La pollution nocturne: autrement dit un rêve sympathique qui tourne bien… jusqu’au réveil. Moins gênant si on dort chez soi. Plus embêtant si on dort chez un pote.
  8. La discussion entre potes quand chacun prêtant avoir déjà fait monts et merveilles avec le sexe opposé: alors que tous savent que rien n’est vrai. Surtout pour vous. On fait comme si
  9. Fouiller nonchalament dans les CD au moment des slow dans une boum quand tous vos potes ont eu le courage d’aller inviter une fille: aller l’inviter, aller l’inviter, aller l’inviter, aller l’inviter… la prochaine fois
  10. Les reproches pour votre amour inconsidéré de groupes bien pourris et bruyants : cf le point du dessus. Avec une préférence pour de vrais rebelles. A écouter très fort. Rien que pour faire chier papa-maman. Et la mamie du dessus.