nasstreetdreams

Les coulisses d’It Was Written de Nas: Street Dreams

28 Nov , 2016  

Nas: J’avais encore un pied dans la rue donc j’étais la voix pour les gens avec lesquels je trainais. Je parlais de la réalité. Je ne me contentais pas de faire les sons et d’ensuite aller chez moi sans voir personne. La voiture qui me conduisait au studio et me ramenait chez moi était une voiture de dealer de drogue. J’étais encore dans un endroit où je n’avais pas besoin d’être. Je trainais partout dans le Queens, Brooklun, Harlem, certains endroits du Bronx. 

J’étais le premier gars de mon époque qui chantait. Les gens voulait me détester pour ça jusqu’à ce qu’ils entendent Biggie chanter Playa Hater. Il a fait arrêter la haine qui allait commencer. Lorsqu’ils l’ont vu le faire, ils étaient genre: ‘Ok, je pense que c’est comme ça que les choses se passent maintenant.’

 

Tone: Si tu écoutes le Hip-Hop original, genre Crash Crew et tous ces gars, ils chantaient tous. Donc on a essayé d’incorporer ce genre de feeling sur le son. Ce n’est pas qu’ils essayent d’être Luther Vandross, c’est juste pour l’harmonie. Ils apportent une mélodie au son afin que tu puisses chanter lorsque le refrain arrive. Tu peux voir le public interagir lorsqu’ils chantent le son avec toi.

Nas fut un des premiers rappeurs qui a fait que c’était ok de chanter. C’est quelqu’un de très mélodieux. Il a toujours aimé faire des choses comme ça. Sur Black Girl Lost qui n’a rien à voir avec nous ou Steve Stoute, tu le vois être créatif et apporter qui il est vraiment.

 

Poke: A cette époque, All Eyez On Me de Tupac est sorti avec le même sample (Linda Clifford – Never Gonna Stop). Nous n’avions aucune idée qu’il allait faire ça. Donc des gens ont demandé: ‘Est-ce que c’est Pac qui a pris cette idée de Nas ou est-ce que c’est Nas qui a pris l’idée à Tupac?’ C’était une pure coincidence.