L’histoire est triste, horrible, affligeante, et a marqué Lupe Fiasco non seulement car ça c’est déroulé à Chicago, mais également car la victime n’était âgée que de 6 mois…
Jonylah Watkins était la fille d’un gangster, et c’est elle qui a été tuée de cinq balles lorsqu’il a été pris pour cible à bord de sa voiture à Chicago en décembre 2013.
Dans cette chanson, Lupe Fiasco imagine le destin qu’aurait pu connaitre la petite Jonylah sans cette tragédie avec un twist émouvant.
Jonylah Forever est sortie officieusement en 2013 et apparait actuellement sur DROGAS Wave sorti il y a quelques mois. En voici la traduction et les paroles.

 

[Intro]

Tu vis, pour toujours

 

[1er couplet]

Et si les balles ne t’avaient pas ralenties?
Tu n’es pas vraiment morte et on t’a vu grandir
A 12 mois tu as fait tes premiers pas
Bizarrement à travers la cuisine du mieux que tu pouvais
Tes premières respirations qu’on peut appeler « mots »
L’étaient sur les genoux de ton papa le 23 novembre
Et étaient: « Vivez pour moi »
Et pour toi il a arrêté le gangstérisme et est resté chez lui
Et cet engagement de la part de ton père
T’as conféré un sens profond de la valeur que tu nourris toujours
Nous étions si fiers tandis que nous te voyions devenir plus intelligente
Et le lien entre une mère et sa fille est devenu plus profond
Car tu n’étais pas une martyr

 

[Refrain: Apparat]

J’ai réalisé que ce n’était juste qu’un mauvais rêve

 

[2ème couplet]

A 6 ans tu as commencé à lire des livres entiers
A 7 ans tu savais à quoi ressemblait un cerveau
Et pouvais approximativement décrire toutes les régions différentes
Pouvais dire quand on était malade et en savait même la raison
Le monde n’était pas en paix, des fusillades chaque weekend
Mais tu étais rarement là parce que tu partais toujours
Le Field Museum, le planetarium, l’aquarium
Tu as vu quelque chose de spécial dans l’aquarium que tu observais
Et dans ces moments là, en tant que petite fille
Tu as réalisé qu’il y avait un monde plus grand
Plus grand que South Side, plus grand que Chicago
Tu étais plus grande, mais tu voulais tout de même des jantes à ta voiture
Et des énormes baffles dans la portière de ta voiture
Afin que tu puisses être cool comme ton papa au parc en train de manger
T’es allée au Collège où on te chambrait parce que t’étais intelligente
Où t’as croisé Hadiya* enseignant l’art
Tu vis, pour toujours

 

[Refrain: Apparat]

J’ai réalisé que ce n’était juste qu’un mauvais rêve
Ce ne sera ni un jour ni jamais un au revoir

 

[3ème couplet]

A 16 ans c’est lorsque tu as eu ta bourse d’études
A 22 ans c’est lorsque tu as eu ton doctorat
Et même maintenant c’est assez difficile d’y croire
Mais ton père t’a appris à travailler durement et d’accomplir
Et tu as obtempéré
Acceptée par toutes les écoles médicales auxquelles tu as postulées
Mais la chose la plus géniale c’est lorsqu’ils t’ont offert cette place super bien payée
Tu as répondu: « Ils ont besoin de moi dans le ghetto »
Et c’est là que tu résides
Une clinique gratuite, personne n’y est refusé
Et c’est là que tu as entendu les tirs et a rapidement couru à l’extérieur
Et a vu un homme et un van et un bébé saignant dans ses bras
S’affaiblissant vite mais tu savais qu’elle pourrait survivre
Tu as fait tout ce que tu pouvais afin de garder cette fille en vie
L’a stabilisée jusqu’à ce que l’ambulance arrive
Et à ce moment, lorsque tu as offert ton aide
Je parie que tu ne savais pas que tu t’es sauvée toi même

 

* Hadiya Pendleton était une ado de 15 ans tuée par balles « par erreur » en janvier 2013

 

 

[Intro]
You live, forever

 

[Verse 1]
How ’bout them bullets ain’t slow you up?
You ain’t really died and we watched you grow up
At 12 months you took your first steps
Awkwardly across the kitchen floor to your best
Your first breaths that we can call words
Were in your father’s lap on November 23rd
And they were, « Live for me », and he did for you
Flipped to Neutron and stayed inside the crib for you
And this commitment from your father
Imparted a deep sense of value you forever harbor
We were all so proud as we seen you getting smarter
And the bond grow deeper between a mother and a daughter
Cause you were not a martyr
(You live)

 

[Hook: Apparat]
Find out, I was just a bad dream
Goodbye

 

[Verse 2]
At six, you started reading whole books
At seven, you knew how a brain looked
And could roughly describe, all the different regions
Could tell when we was sick and even knew the reason
The world wasn’t at peace, gunfire every weekend
But you were hardly there, cause you was always leaving
Field museum, planetarium, aquarium
You saw something special in that tank you were starin’ in
And in those moments, as a little girl
You realized there was a bigger world
Bigger than the South Side, bigger than Chicago
You were bigger, still wanted rims on your car though
And big ass woofers in your car door
So you could wang like your daddy at the park eating sharks
Went to King where you were teased for being smart
Where you bumped into Hadiya teaching art
You live forever

 

[Hook: Apparat]
Find out, I was just a bad dream
Neither ever, nor never, goodbye
Neither ever, nor never, goodbye
Neither

 

[Verse 3]
At sixteen is when you got your scholarship
At twenty-two is when you got your doctorate
Even now it’s kind of hard to believe
But your father taught you work hard, and achieve
And you complied
Accepted by every medical school you applied
But the coolest thing is when they offered you that high paying slot, you replied
« They need me in the hood, » and that’s where you reside
Free clinic, nobody denied
And that’s where you heard the shots and quickly ran outside
And saw a man and a van and a bleeding baby in his hands
Fading fast, but you knew she could survive
Did everything you could to keep this girl alive
Stabilized until the ambulance arrived
And in that moment, where you gave your help
I bet you didn’t know that you saved yourself

 

[Outro: Apparat & (Lupe Fiasco)]
Fold down your hands, give me a sign
Hooked on your lies (You live, forever)
Lay down next to me, don’t listen when I scream
Bury your doubts and fall asleep
(Lord have mercy)

 

Faites tourner !